C'est une idée fixe chez moi : la complémentarité des arts, qui se fécondent les uns les autres par frottement.  C'est pourquoi j'aime tant la fréquentation assidue des musiciens et des écrivains, qui s'avèrent en prime d'excellents camarades, joyeux, attentifs et bons vivants.  Cette fois, j'ai jeté mon dévolu sur un groupe d' "écrivants" franco-libanais.  Ce sont des apprentis écrivains, dont certains sont déjà les autreurs d'ouvrages publiés et d'autres encore de simples élèves dans un atelier d'écriture, animé en Bourgogne par Salma Kojok, une libanaise à temps partiel, à cheval cette année entre les deux pays.  Elle avait décidé de réunir ses stagiaires au cours d'une semaine d'écriture commune aux Champs Mélisey, un gîte proche de Tonnerre, propice à ce genre d'initiative. 

J'ai donc suivi la petite troupe dans ses pérégrinations bourguignonnes, de Chablis à Vézelay, et dans un certain nombre de restaurants locaux.  En voici le résumé.

42

43

44

45b

45c