Pas question de parcourir les chemins de ma jolie région en ce moment : les coups de vent succèdent aux averses et la fraîcheur est encore d'actualité.  Donc, j'ai retrouvé le chemin de mon atelier.  L'Atelier de la Timbale, qui porte le nom d'un petit quart de soldat découvert dans les décombres lors des travaux.  L'occasion de lui tirer le portrait recto et verso, comme pour une fiche de police, mais c'est à un inventaire à la Prévert que ça a fini par ressembler...  On voit beaucoup de psychotests un peu bidons circuler sur Internet pour garantir aux esprits inquiets qu'une certaine propension au désordre ou à l'accumulation est un gage de génie, allons-y gaiement, mais je me garderai bien d'y accorder le moindre crédit.  J'aime mieux me dire que l'alignement strict nuit un peu à l'inspiration, c'est certainement plus proche de la réalité...

10

12